J'ai pu constater dans ma pratique professionnelle et ailleurs que travailler avec aseptie n'est pas forcément quelque chose d'inné. Il y a parfois des petites choses que l'on ne sait pas.

Pour une débutante en tambouille qui m'avait demandé cet article, et éventuellement d'autres débutantes qui passeront par là,j'ai décidé de faire un billet consacré à l'hygiène en cosmétique maison.

Toutes les tambouilleuses savent qu'il faut travailler le plus proprement possible.

Je ne vais pas vous faire un copier-coller du travail des blogueuses déjà fait auparavant. Vous pouvez le lire par exemple Ici ,ou encore .

Je n'insiste donc pas sur la bonne conservation des produit(on ne met pas les hydrolats derrière la fenêtre mais au frigo,hein?),les différents conservateurs ,les flacons et tout ça.

Toutes les tambouilleuses stérilisent leur matériel (enfin j'espère) après l'avoir  bien nettoyé à l'eau savonneuse ou au lave-vaisselle.

En théorie,il faut nettoyer,décontaminer puis stériliser.

On ne travaille pas en laboratoire ou en milieu hospitalier et nous n'avons pas les produits nécessaires pour décontaminer réellement. Ce n'est pas grave,on ne va opérer personne avec notre matériel.

Donc,après un bon nettoyage,nous allons passer à la stérilisation.

Définition:opération au résultat momentané permettant d'éliminer ou de tuer les micro-organismes et /ou d'inactiver les virus indésirables portés sur des milieux inertes contaminés,en fonction des objectifs fixés.

La désinfection est donc éphémère.On ne stérilise pas par exemple son materiel le matin pour s'en servir le soir.

Pour ma part,je stérilise à la vapeur additionnée de vinaigre blanc car j'ai recyclé le stérilisateur à biberon (garanti à vie,j'ai fait une affaire!). On peut aussi le faire au cuit vapeur,à la cocotte,ou sinon à l 'eau bouillante.

Pendant ce temps je nettoie le plan de travail à l'eau savonneuse,le sèche puis le vaporise d'alcool à 70° non modifié  avec un sopalin.

Je fais de même avec un plateau de texture bien lisse et si possible non rayé. Surtout pas de bois.

Une fois le cuit-vapeur éteint,j'enfile mes gants Mapa nettoyés à l'eau savonneuse et je sors un à un mon matériel en faisant attention de ne pas toucher l'interieur des contenants ou les extrêmités des instruments je les enlève ensuite).

Je vaporise ensuite l'interieur des bols et extrêmités des spatules et autres d'alcool et les pose respectivement à "leur place".Ca fait un peu Monk là...

Je pose les bols sur le plan de travail.

J'aligne ensuite les spatules et petites cuillères le long du bord du plateau en faisant attention à ce que rien ne touche les extrêmités. Et oui,je considère en fait que mon plateau et plan de travail sont "sales" je les mets donc "en l'air".

              comme ceci:

 

Photo_089

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant que l'alcool s'évapore, je sors les produits,je prends un thé et peaufine la recette une dernière fois.Je mets mes flacons plutôt au fond,à droite et mes actifs derrière à gauche,de façon à ne pas passer mes mains au dessus de mes bols trop souvent (vous ai-je rappelé qu'il fallait s'attacher les cheveux-porter des manches courtes-fermer les fenêtres-se laver les mains et faire mousser au moins 30 sec-que votre essuie-main devait sortir à l'instant du placard-éviter le pull angora qui va mettre des brins de laine partout?)

Si  je suis un peu pressée ou qu'il reste quelques gouttelettes d'alcool,je les essuie avec des compresses stériles que je jette sur une poubelle à pédale située sur ma gauche (mais pas trop près de moi,et je la balance,si ça tombe par terre,je laisse jusqu'à la fin,sinon je dois me relaver les mains).

Sur ma droite,j'ai ma gazinière en angle,puis un panier où je range chaque produit que je viens d'utiliser. J'essaie d'avoir un maximum de place sur mon plan de travail afin d'éviter un geste maladroit et faire une faute d'hygiène.Bien évidemment,on pose toujours le bouchon à l'envers sur le plan de travail.

J'essuie la "petite goutte" d'huile ou autre à l'aide de sopalin imbibé d'alcool car quand on y pense,le goulot contamine le bord de la cuillère quand on verse. Mais bon,là c'est chipoter un peu,j'avoue.

Je mets ensuite la cuillère directement dans mon évier,attendant d'être lavée. J'en utilise environ  par ingrédient,mais si j'en ai vraiment trop ,une cuillère peut me faire plusieurs huiles par exemple.

J'évite un maximum le plastique mais il peut m'arriver de m'en servir,mais je n'aime vraiment pas,même si je l'ai nettoyé et rincé à l'alcool. J'ai appris que l'alcool "fixait les germes",je veux bien l'utiliser sur quelque chose qui sort du stérilisateur mais sur autre chose j'ai du mal. Pour mon Loulou,je préfère utiliser des pastilles de stérilisation pour son flacon de lait de toilette. Je sais,c'est pas glop,mais ça me rassure.

Je privilégie les seringues stériles,ça aide bien pour mettre parfois dans un flacon au goulot très étroit.C'est assez rare que je les recycle,sauf si je n'en ai plus du tout.

Pour le thermomètre,que je ne peux pas,bien evidemment passer à la vapeur,je le nettoie du mieux que je peux au savon puis à l'alcool;

Le pHmètre est seulement nettoyé. Je ne le trempe jamais dans l'émulsion,je réserve une ou deux cuillères stériles à cet effet (idem pour les bandelettes)

J'ai certainement oublié des choses, vais peut-être faire ricaner dans les chaumières mais j'ai fait le choix de prendre un maximum de précautions (j'ai oublié,mais un masque c'est mieux,chut,je le fais pas).

Voilà,y'a plus qu'à! Vous savez tout,plus d'excuses... Bon,si vraiment,vous n'avez pas de pot et qu'une mouche tombe dans l'émulsion,là,je veux bien  comprendre...

Si j'ai oublié des choses dîtes-moi,j'édite.

Appel à témoin: je recherche l'excellent article d'une blogueuse sur les risques avec le home-made,je ne le retrouve pas et aimerait le mettre en lien.

 

A bientôt!